La tuberculose jugulée



Affiche de l'époque
 
La tuberculose va être maîtrisée en quelques années, en gros de 1950 à 1960. Sa régression est la conséquence de plusieurs efforts :


Alexander Fleming
 

  Alexander Fleming découvre en 1929 la pénicilline, le premier des antibiotiques (elle ne sera utilisable qu'avec les travaux de Chain en 1941). D'autres vont suivre, comme la streptomycine, qui s'avérera très efficace contre le bacille de Koch.

Les sanatoriums permettent de réparer partiellement les dégâts pulmonaires provoqués par la maladie. Quoique diminués en vitalité, les phtisiques pourront reprendre une vie presque normale.

Ensemble, ces avancées entraîneront la quasi-disparition de la maladie. Dans nos régions, prévents et sanas devront fermer leurs portes ou se reconvertir dans les soins post-opératoires, la convalescence ou la désintoxication (comme ceux des Petites Roches).

Le bacille de la tuberculose n'a pourtant été éradiqué de la planète, mais il ne provoque plus maintenant d'épidémie devant laquelle la médecine est désarmée. La maladie sévit encore durement dans le tiers monde. Chez nous, elle tue parfois en s'associant au sida et les médecins craignent sa recrudescence.


Retour   Précédent   Suite