Les dernières années du Repos


Solange Merceron-Vicat a dirigé elle-même le Repos jusqu'à sa mort, tout en suivant de très près la marche des autres œuvres qu'elle avait lancées. Elle ne s'est jamais mariée.
Son action lui a valu la légion d'honneur. La cérémonie s'est déroulée à la Caisse d'allocations familiales de l'Isère en octobre 1951. Le général Pichot-Duclos, maire de Biviers, a fait l'éloge de la nouvelle légionnaire.

Dans sa réponse, après avoir remercié ceux qui l'ont aidée, Solange souhaite que les rapports entre les hommes soient de plus en plus placés sous le signe de la justice et de la fraternité 1.

Elle a fait deux dons à la commune de Biviers, l'un de 114 000, l'autre de 400 000 francs. Elle avait souscrit à l'emprunt lancé pour l'électrification des hameaux. La commune étant très endettée, elle renonce au remboursement du prêt. Le Conseil prend acte du don...2. La seconde largesse était destinée à la réfection du chemin de Billeret.

En 1953, à 68 ans, elle est élue conseillère municipale. Elle et Mlle David sont les premières femmes conseillères à Biviers. Solange s'éteint le 3 août 1956. Aucune mention de son décès dans le registre des délibérations municipales. L'adjoint Robert Chabert, un ami fidèle, décède quelques semaines après elle.

Solange est enterrée à Biviers, au levant de l'église. Sa tombe, très modeste, contraste avec les monuments voisins des grandes familles biviéroises.

A sa mort, son frère Henri prend la direction du prévent ; il souhaite vendre la maison à une congrégation religieuse. Ce sera fait en décembre 1961, les Jésuites de St-Egrève s'étant portés acquéreurs.

 


1 - Le Réveil, 30 octobre 1951.
2 - Registre des délibérations de la commune de Biviers, 1951, page 177
Retour   Précédent   Suite